Notre coup de coeur du moment

Journal de bord d’une aventurière à la montagne : jour 2.
« Aujourd’hui je vous emmène au Grand Bec ! » : c’est que nous a dit Francis, un ami adepte des parois verticales. Il grimpe presque sans les mains, c’est dire !

 

Dans le groupe, nous sommes tous plus ou moins aventuriers et étions alors très motivés pour la sortie. La via ferrata du Grand Bec est, comme nous l’a expliqué Francis un panaché d’arêtes ludiques, d’escalades rocheuses, de cheminement sur sentier, de modules aériens dans des univers très différents : à la fois végétal, minéral, et aquatique, puisque la redescente se fait aux abords du lac du Brouffier.

Avant de commencer, on vérifie bien la météo et son matériel : pas d’orage à l’horizon, le sac à dos est pourvu d’au moins 1,5 litres d’eau, de quoi manger, des lunettes de soleil, d’une casquette (pour le retour) et de la crème solaire. Le baudrier, les longes et le casque sont bien en place. On est paré ! Pour ceux qui n’avaient pas de matériel personnel, Francis nous a conseillé les magasins Loulou Sport 2000 et Vincent Sport Intersport pour la location.

En ce qui concerne les aspects techniques de la via ferrata : il s’agit d’une véritable « rando-via », qui se fait à la journée pour une durée d’environ 6h. Il faut compter environ 1h15 de marche d’approche. La première partie de la via ferrata est alors classée « assez difficile + », il faut alors avoir une bonne condition physique, mais rien d’exceptionnel. La seconde partie quant à elle, est classée « difficile + », c’est une partie très aérienne avec du gaz et des surplombs à couper le souffle ! A nous personnellement de jauger si oui ou non, on peut s’y engager. Au cas où, une échappatoire permet de redescendre à la station à la fin de la première partie.

C’est parti ! On entame la marche d’approche par le sentier forestier à droite de La Cascade, lieu emblématique de la station de l’Alpe du Grand Serre, agréable pour une pause pique-nique ou méditative. Après environ 1h15 de marche en suivant la signalétique, on arrive au départ de la via ferrata. De là, on a déjà une superbe vue sur la vallée de la Roizonne au sud et sur les pistes de VTT DH du Bike Park plus à l’ouest. Pas de vrille au niveau des longes et du baudrier, l’ascension peut commencer. La première partie se fait tout naturellement jonglant de verdure à rocaille. On profite des superbes points de vue pour prendre des photos et les publier sur nos stories respectives. C’est sûr qu’on va faire des envieux…

Fin de ce premier tronçon, le bon moment pour pique-niquer, mais on aurait pu attendre aussi d’arriver au Lac du Brouffier… Deux amis décident de rentrer à la station, on les retrouvera plus bas. Pour le reste de l’équipe, on s’élance sur cette deuxième partie. Elle est vertigineuse et offre une vue splendide sur la vallée et cette très belle dalle que nous gravissons. Des passages sont en dévers et il y a même une échelle renversée : impressionnant !

Une fois l’ascension terminée, on se dirige en direction du Lac du Brouffier. Là encore, on en prend plein les yeux ! D’un bleu azur, le lac est en contrebas, c’est comme s’il nous attendait. On continue ensuite sur le chemin descendant, longeant cascade et rivière. Ce sentier mène au cirque du Louvet, un autre lieu hors du temps, petit havre de tranquillité, puis dans la station, environ 700m d’altitude plus bas que le lac (2h30 environ de marche au retour).

Nous retrouvons Aline et Sam, sur les serviettes de plage au bord du plan d’eau. La baignade a été bonne apparemment. Sam a même sauté du plongeoir haut de 3 mètres et Aline a navigué sur l’un des paddles à disposition gratuitement. Attention, on arrive !

Ce que je retiens de cette via ferrata : c’était une véritable aventure, sportive, forte de ses innombrables points de vue et de la variété d’environnements traversés. J’ai l’impression d’avoir fait le tour de la terre en une journée ! On est passé par la forêt, grimpé sur de grandes dalles noires, gambadé dans les pâtures, touché l’eau du lac, crapahuté près de la rivière… Pour faire le plein de sensations, il n’y a pas mieux !